• présédamant,

    l'équipe se demander s'il devrai tué la taupe mastère

    qui fait partie de leurs équipe.

     

     

     

    Personne ne trouva une réponse. Si bien qu’ils décidèrent que, peu importe qui serait la taupe, elle ne se manifesterait pas. Ils verront bien comment ça se passera…

     

    une heure était passée depuis que tout le monde était réveillé, et Méridas n’en pouvait déjà plus d’attendre. Elle faisait les 100 pas, tapant dans des cailloux de temps à autre.

     

     

     

    -         Méridas, calme-toi ! Lança son ami.

     

    -         Mais j’y arrive pas ! Comment tu fais pour être aussi zen.

     

    -         Déjà, je tape pas dans tout ce que je trouve. Assieds-toi, et calme-toi.

     

     

     

    Méridas obéit, à contrecœur. Elle n’avait aucune envie de rester assise pendant deux heures… mais voir son ami aussi serein avait quelque chose d’apaisant, et elle fut bientôt aussi zen que lui. Mais à deux minutes de l’annonce, elle craqua et recommença à faire les 100 pas. Le stress était à son paroxysme, quand chacun des communicateurs vibra, révélant si oui ou non ils étaient la taupe. L’énorme soupir de soulagement poussé par Lily indiquait que ce n’était pas elle. Mais aucun des autres ne laissait transparaître la moindre émotion. Ils restèrent quelques minutes à se fixer, jusqu’à ce que Sébastien se lève en soupir :

     

     

     

    -         bon, on va pas rester là 12h30…

     

    -         je pensais pareil ! S’exclama Siphano, je commence à avoir des fourmis dans l’épée, si vous voyez ce que je veux dire…

     

    -         tiens, ça me rappelle que personne n’est mort… dit Unster.

     

     

     

    Comme pour lui répondre, un coup de canon retentit, et un message de mort apparut :

     

    à suivre ;p

    bisous

    9ème partie de L'histoire sans titre :)

     


    votre commentaire
  • je dégitasse c mot à ma lily

    parce que c se quelle restant

     

    nouvelle poésie :p

    bisous :3

     

    nouvelle poésie :p


    8 commentaires
  • présédamant

    Les taupes sont anoncer

    encore inconue de tous

    mais un msg de mot apparut

    et se n'êter que le 1er

     

     

    Vincent a été tué par Mathis

     

     

     

    -         allez vous faire foutre…

     

    -         tu disais ? Plaisanta Méridas

     

     

     

    Tout le monde rit, mais ils se stoppèrent vite, car, si quelqu’un avait été tué, cela voulait dire que deux teams s’étaient rencontrés. Mais l’absence de signal indique qu’une des teams avait fui.

     

     

     

    -         Les jeux ont vraiment commencé. Souffla Siphano.

     

    -         Ça tombe bien, renchérit Lily, j’avais envie de me fignt !

     

     

     

    Ils décidèrent de bouger. Car plus vite ils trouveraient des équipes, plus vite ils les élimineraient, et plus vite ils sortiraient de cette arène. Tout le monde était déjà quelque maître devant, quand Siphano attrapa la main de Méridas.

     

     

     

    -         Méridas, si je te demandais si tu étais la taupe, tu me répondrais sincèrement ?

     

    -         Pourquoi ?

     

    -         Dis-moi juste.

     

    -         Si j’étais la taupe, est-ce que cela changerait quelque chose ?

     

    -         Non.

     

    -         Pourquoi ?

     

     

     

    Un silence installa. Siphano posa sa main sur la joue de Méridas, ce qui laisse violemment rougir. Il rapprocha leurs deux visages, et captura ses lèvres. La jeune fille ne réagit pas. Elle ne répondit pas à son baiser, certes, mais elle ne le repoussa pas non plus. En cet instant, elle se surprit espérée que Sébastien ne revienne pas sur cette. Lorsqu’ils se séparèrent, Siphano n’avait toujours pas lâché la main de Méridas, et il n’en avait pas vraiment l’occasion, à présent, elle lui compressait les doigts.

     

     

     

    -         On ferait mieux d’y aller. Finit-elle par dire.

     

     

     

    Siphano regarda autour de lui. Il était d’accord avec Méridas, seulement, il n’avait aucune idée du chemin pris par son équipe. Ils cherchèrent le chemin pendant quelques minutes, jusqu’à en prendre un qui semblait plus piétiné que les autres. Siphano espéré juste qu’il ne retournerait pas sur leurs pas. Mais, s’ils vont dans la bonne direction, ils ne tarderaient pas à l’entendre, car cela faisait cinq bonnes minutes que le reste de l’équipe s’égosillait à les appeler.

     

     

     

    -         Siphanooo ! méridaaas !

     

    -         Répondez, putain !

     

     

     

    Tout le monde commençait à s’inquiéter. Surtout que la nuit commençait à tomber. Voyant que Sébastien commencé à remonter ses lunettes tous les 10 seconds, signe de son inquiétude, la plus jeune tenta de le rassurer.

     

     

     

    -         Arrête de t’inquiéter, Seb’ ! Elle est avec Siphano, il la protégera !

     

    -         Merci, Lily… bougonna-t-il, c’est vrai que c’est rassurant de la savoir en pleine nature avec l’obsédé de service !

     

    Ah, désolé

     

    à suivre

    10ème partie de l'histoire sans titre :p

     

     

     


    votre commentaire
  • une vérité pour vous

    une vérité

    et j'ai raison

    :/

    bisous a tous

    une vérité

     

     

     


    votre commentaire
  • présédamant

    Siphano pue dévoiler ses sentiment à Méridas

    et les voila séparé du groupe

    avec en prime l'inquiétude de Sébastien.

     

     

     

     

    Il passait une grande partie de la nuit aller chercher, et si Unster n’avait pas hurlé de s’arrêter, car Lily s’était endormie, il y aurait passé la nuit entière. En s’endormant aussi, Sébastien espéré que ses coéquipiers perdus ne dormaient pas trop près…

     

     

    Méridas et Siphano feraient mieux de garder pour eux qu’il avait dormi blotti l’un contre l’autre cette même nuit. Mais, soudain, une vive douleur à l’épaule réveilla le jeune homme, qui se releva d’un coup.

     

     

     

    -         Putain, Maksimeuuuh ! Cria une voix féminine, t’es vraiment un abruti !

     

    -         Ta gueule, Marie ! Au pire… (le bruit d’une épée qu’on sort de son fourreau se fait entendre) on n’y va franco !

     

     

     

    Le (mauvais) archer est sorti de sa cachette, et sans ruée sur ses adversaires, l’épée en avant. Méridas se relève brusquement, et décocher une flèche. Elle rata sa cible, mais atteignit Mathis dans la cuisse. Ce dernier l’enleva aussitôt, faisant apparaître une grosse tache rouge sur son pantalon.

     

     

     

    -         Mais elle est aussi nulle que Maksim ! S’esclaffa Hélène.

     

    -         Fin, en attendant, elle a touché quelqu’un… ajouta Jeanne.

     

    • Bwoof, j’ai juste retenu qu’elle était nulle, la sui-.

     

     

     

    Hélène a été tuée par Méridas

     

     

     

    -         Oh putain…

     

     

     

    Cette fois Méridas toucha sa cible. Deux fois. Une première flèche s’était plantée dans son ventre, et l’archère en tira aussitôt une seconde qui est venue se loger dans le cou de sa victime, l’achevant.

     

     

     

    -         Ne. M’ÉNERVEZ. PAS ! Articule-t-elle

     

     

     

    Maksim recula par réflexe.

     

     

     

    Sébastien = Méridas, Siph’, ça va ? On a vu les msg…

     

    Méridas = oui, oui, t’en fais pas

     

     

     

    Elle n’eut pas le temps de finir son message, car Marie venait de lui sauter dessus. La rouquine abandonna son arc sur son épaule, pour parer de justesse avec son épée. Mais elle tomba à la renverse sous la surprise, et son épée lui échappa des mains, son assaillant profita de cette faille, il lui écrasa brusquement la poitrine pour l’immobiliser sur le dos, la pointe de son épée sur la gorge.

     

     

     

    -         Siph, aide moi please ! Hurla alors Méridas.

     

     

     

    Siphano ne se le fit pas dire deux fois. Il abandonna son combat avec Mathis, et poussa Marie brusquement.

     

     

     

    -         Mais euuuuh ! Protesta cette dernière, t »es relou, euh !

     

    -         Non, je suis Siphano !

     

    -         Comme c’était pas drôle !

     

     

     

    Sans plus de cérémonie, Siphano donna un coup d’épée. Mais son adversaire n’était pas de si mauvais réflexes, et réussit à parer. Siphano multiplia les frappes, les épées s’entrechoquèrent, et Marie réussissait à parer chacun de ses coups, tantôt devant le visage, tant auprès des jambes.

     

    Non loin d’eux, Jeanne épuisée ses flèches sur Méridas

     

     

     

    -         Mais qu’est-ce que tu vis mal ! ria Méridas

     

    -         La ferme ! T’as qu’à arrêter de bouger !

     

    -         Mais ouais, c’est ça - AAAH !

     

     

    à suivre :p

     

    11ème partie

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique